Adieu Papi Georges

Vivre loin de son pays, c’est accepter en toute conscience de ne pas être présent physiquement quand des êtres chers traversent des moments difficiles, voire disparaissent. Facile à dire quand tout va bien, bien plus dur à encaisser quand on y est confronté.

Nous venons d’apprendre la mort d’un vieux monsieur qu’on aimait beaucoup, et on imagine sans mal à quel point ses enfants – nos amis, nos bests, nos frères presque, sont  secoués, anéantis. Et nous voilà ici quand on voudrait être là-bas; et nous voici absents quand on voudrait être avec eux.

Vivre son rêve d’ailleurs et d’autre chose a un prix; on vivait à crédit jusque là, on commence à le rembourser ce soir …

Publicités

2 réflexions sur “Adieu Papi Georges

  1. Stephanie

    Je l’ai vécu l’année dernière avec le suicide de mon grand père. Je suis loin d’avoir fini de payer. Je n’en suis encore qu’à payer les intérêts … Des fois je me demande si ça vaut la peine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s