Grand départ

Non non, on ne quitte pas le Québec!

Mais voilà trois ans qu’on n’a pas vu la famille de France. Trois ans que les filles n’ont pas vu les papi-mamies, les parrains-marraines, cousins-cousines (et tous les autres), hormis sur un écran d’ordinateur (une chance qu’on ne soit pas 30 ans plus vieux, merci Bill Gates & Co, on n’aurait même pas eu ça pour garder le contact). Pour la plus jeune, près d’un tiers de vie sans voir tous ces gens qui comptent tant, ça fait long.

départCette année, donc, les vacances se conjuguent en bleu-blanc-rouge. Les périples en Amérique du Nord ou ailleurs qu’on a en tête sont reportés d’un an ou plus; cette année, on retourne aux sources pour quelques semaines.

Et pour les filles, on ne mégote pas sur la durée: sitôt l’école finie, on les a mis dans l’avion, départ hier soir 20h13 (20 minutes de retard), arrivée ce matin 8h45. Consignes respectées: elles ont dormi presque tout le trajet, prêtes pour profiter pleinement du programme chargé qui leur a été concocté. Et ravies du comité d’accueil qui les attendait!

orly

Les voilà loin de nous pour quatre longues semaines, avant qu’on décolle à notre tour.

avionLes enfants non-accompagnés sont le lot des familles immigrantes. Rien que sur le vol d’hier soir, ils étaient une vingtaine, hier, à s’envoler sans leurs parents, leur petite pochette caractéristique autour du cou (avec passeport et billet d’avion). Vingt gamins entre 4-5 ans et 14-15 ans à vue de nez, certains seuls, d’autres bien contents -pour une fois (?!)- d’avoir des frères et/ou sœurs, partagés entre inquiétude et excitation.

Notre fille de 13 ans pouvait théoriquement voyager seule, mais les dirigeants des compagnies aériennes ne doivent pas avoir d’enfants. Parce que franchement, oui quand on a 13 ans, on se sent grand; mais assez grand pour voyager seul, remplir les documents douaniers, éviter les mauvaises rencontres éventuelles, récupérer les bagages tout seul? Bof, on a préféré payer les 100$ de surplus pour que les deux bénéficient du traitement spécial « enfants non accompagnés ».

Et c’est un couple à nouveau sans enfant qui a repris le chemin vers Québec le cœur gros mais l’esprit léger (si si, c’est possible), non sans avoir attendu les 30 minutes règlementaires après leur décollage.

Allez, dans quatre semaines, c’est nous qui partons. D’ici là, on va revivre la vie d’avant, pas mal finalement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s