Le mythe du Québec vert (1)

Incroyable le nombre de copains français qui croient mordicus que nous avons rejoint une province au bilan écologique exemplaire. Bref, un Québec fait pour des bobos écolos de notre espèce.

Grave erreur. On est heureux ici, mais ce n’est certainement pas parce que la province répond à nos standards de développement durable. J’en profite au passage pour citer un livre qui résume plutôt bien la situation telle qu’on l’a perçoit, jetez-y un coup d’œil un de ces jours si le sujet vous interpelle:

Le mythe du Québec vert - François Cardinal (édition Les Voies Parallèles)
Le mythe du Québec vert – François Cardinal (édition Les Voies Parallèles)

Qu’on se le dise : le Québec est 10 à 15 ans en arrière sur les pratiques de Monsieur Tout-le-Monde-Européen en matière de développement durable.

1er exemple: la consommation d’eau.

Bilan catastrophique, la consommation d’eau par habitant, effrénée, serait l’une des plus élevées au monde. Les exemples sont légions.

Les villes interdisent de vider les piscines à la sortie de l’hiver? Peine perdue. Rappelons en plus que le taux de détention de piscines et de spas est lui aussi l’un des plus élevés au monde.

Même le rationnement d’eau imposé par la ville de Lévis suite au déversement de pétrole dans la rivière Chaudière – pour des raisons de santé publique – a toutes les peines du monde à être respecté.

Suggérez à un Québécois de couper la douche pendant qu’il se savonne, il pousse des cris en disant que ça, c’est tout bonnement impossible, il aurait bien trop froid (c’est du vécu).

Et quand je raconte qu’on ne prend que des douches et qu’on n’a pas pris un seul bain depuis des années, et ce malgré le fait que la maison récemment acquise comporte une baignoire avec jets, c’est carrément l’incompréhension.

Quand à stopper la programmation de l’arrosage extérieur s’il pleut, là franchement, c’est abuser. Les pelouses se doivent d’être bien vertes, nickel, et rien de mieux pour ça qu’un système d’arrosage centralisé. Et peu importe que parfois, ça arrose par temps de pluie (OK, même si nos voisins sont comme ça, je veux bien croire que c’est une minorité … enfin, je l’espère).

Il faut dire que les villes ne sont pas mieux. Les journaux attirent régulièrement l’attention sur la piètre qualité du réseau d’aqueduc des villes, y compris les plus importantes du Québec, qui perdraient en fuites diverses et variées 20 à 50% de leur eau potable, faute d’attention et donc d’investissement. Même notre ville de Lévis a un triste bilan en la matière.

Ceci dit, je ne leur jette pas la pierre. Nous autres, anciens Bretons, avons vécu toute notre vie avec des factures d’eau conséquentes, et le rappel constant de la difficulté à avoir de l’eau potable de qualité.

Ici, l’incroyable réseau de lacs, rivières et fleuves en tout genre laisse penser que la ressource est inépuisable. Est comme aucun foyer ne reçoit de facture d’eau, ni même d’indication de sa consommation d’eau, pourquoi voulez que se développe une conscience même sommaire que l’eau se consomme elle aussi avec modération!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s