Castors

À cette époque de l’année, il n’est pas rare de croire cerfs de virginie et orignaux aux alentours du sentier de la Coulée, tout au fond du parc de la Jacques Cartier, un parc qu’on commence à connaître comme notre poche. Peu de visiteurs (il faut faire 32 km à toute petite vitesse pour atteindre le tout dernier parking); journées plus fraiches et approche à grand pas des gelées puis de la neige qui, bientôt, vont compliquer leurs repas: leur présence aux abords de la rivière n’est pas garantie, mais elle reste assez fréquente.

Par contre, jamais nous n’avions réussi à voir les castors dont on voit pourtant un peu partout les coups de dents sur les troncs d’arbres et rondins au sol. Ce n’est pas faute de les avoir guettés, pourtant, luttant parfois contre les moustiques pendant qu’on scrutait avec attention leurs habitats, dans un silence absolu.

Et voilà qu’hier, en jetant un petit coup d’œil sur la rivière avant de reprendre la route – mais oui! pas de doute possible! – deux castors, là, juste sous nos yeux!

Et ça nage, et ça plonge, remonte sur une rive, grignote une branche et puis replonge. Pas un bruit, pas un promeneur, des arbres rendus multicolores par l’automne; le soleil commence déjà à décliner. Et le sentiment fugace de vivre un moment unique, et presque de partager un peu la plénitude du coureur des bois installé sur la même rive il y a 300 à 400 ans.

DSC_2548DSC_2559DSC_2565DSC_2582

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s