Ontario – Baie Géorgienne (1)

J’avoue : la première fois qu’on m’a parlé de la Baie Géorgienne, j’étais incapable de situer l’endroit sur une carte. Et pourtant, quel bel endroit!

CaptureCaptureLa Baie Géorgienne, donc, est une immense baie faisant partie du lac Huron, côté canadien. Elle est réputée pour ses eaux limpides et relativement chaudes tièdes en été (du fait du peu de profondeur), ses plages de sable ou de galets, ses falaises, ses chemins de randonnées en veux-tu en voilà; bref, un coin pour nous.

Les 2000 km de côte étant très découpées et la navigation difficile une bonne partie de l’année (vents et brouillards), on ne compte plus les phares, beaucoup en piteux état mais d’autant plus pittoresques (plus de 30 sont répertoriés). Autant de raisons de prendre les petits chemins de traverse.

CaptureDSC_1668Et une fois sur place, plouf! Un petit rafraichissement d’autant plus apprécié que les températures tutoient allégrement les 30 degrés, jour après jour … alors que semble-t-il, le Québec connait un été pourri (notre source: des touristes québécois. Car sinon, on se la joue techno-free : pas d’info, pas de connexion, le monde est peut-être en train de s’écrouler, on en sera les derniers informés, c’est sûr).

Les phares n’ayant pas toujours suffi à sécuriser les traversées, la baie comporte un grand nombre d’épaves, que les eaux douces et froides ont remarquablement conservées. Une partie de la baie est un parc marin, territoire protégé donc, et haut lieu de la plongée sous-marine (21 épaves répertoriées sur le territoire du parc marin de Fathom Five).

À défaut de plonger vers les épaves englouties, on a profité d’un trajet vers l’île de Flowerpot pour en voir deux : les bateaux commencent leur traversée par un petit détour dans le port du petit village fort sympathique de Tobermory où gisent deux épaves. Déjà pas mal impressionnant!

DSC_1687DSC_1689L’île de Flowerpot est la seule du parc marin à accueillir des touristes, le temps de quelques heures. Elle fait 2.1 km sur 1.5 km : une fois parcouru les quelques sentiers, admiré le phare remis d’aplomb par des bénévoles, vu une petite grotte et photographié les célèbres formations rocheuses en forme supposée de pots de fleurs, reste à se trouver un petit coin de rocher pour tremper les petons dans ses eaux plutôt fraiches et attendre tranquillement le retour du bateau.

Ah, ce que c’est bon, les vacances …

DSC_1702DSC_1709DSC_1713DSC_1810

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s