Shippagan, Lamèque et Miscou – Nouveau-Brunswick

Après Caraquet, une virée vers Shippagan, considérée comme la capitale de la pêche commerciale du Nouveau-Brunswick, s’imposait.

Shippagan est une petite presqu’île de 5 km de long sur 5 km de large, qui mène à deux petites îles via des ponts, Lamèque et Miscou. Dommage qu’on ne traine pas nos vélos avec nous, le terrain plat, les petites distances et la faible circulation même en saison estivale rendent le cyclotourisme idéal.

La ville est petite, mais son port aux bateaux colorés, sa rue commerçante, et la longue promenade en bois de 2,5 km en bord de mer, sans compter l’aquarium (qu’on n’a pas visité) en font une destination sympathique.

On a particulièrement aimé la réserve ornithologique de l’île Lamèque, et notamment ses hérons et nids de balbuzards (qu’on a ensuite repéré un peu partout hors de la réserve). Il faut dire que leur nid, perché en haut de mats prévus pour, ou encore de poteaux électriques ou de grands arbres, et particulièrement volumineux.

Les plages qui bordent les iles et Shippagan sont à l’état brut, couvertes d’algues, de restes éventuels de casiers, et l’eau est rouge brunâtre à cause du grès, mais authenticité et calme absolu garantis pour un après-midi farniente.

Au lointain, des phoques apparaissent de ci de là dans les jumelles. On a beau être dans la Baie des Chaleurs, on y met juste un doigt de pied histoire de … (Champlain et ses hommes ont eu une impression de mer chaude en voyant la brume au dessus de l’eau, mais elle ne doit pas dépasser les 16-17 degrés, et encore).

Au bout du bout de l‘Île Miscou, l’un des nombreux phares du Nouveau-Brunswick.

La péninsule abrite plusieurs tourbières, dont certaines sont exploitées. L’une d’entre elle est équipée d’une passerelle de bois.

L’île Miscou cache aussi un petit restaurant à ne pas manquer: la (les) terrasse(s) de Steve – protégées ou non des coups de vent – qui offre(nt) petits prix, poissons et fruits de mer frais, et cadre sympa comme tout.

Les tables sont installées dans le sable, les gamins font des pâtés au pied des parents en attendant leur plat, les visiteurs laissent si ils le veulent une trace de leur passage partout où il reste un cm² de place : murs, bancs, etc. Et le service est simple, chaleureux.

Bref, la péninsule mérite le détour!

 

Publicités

Une réflexion sur “Shippagan, Lamèque et Miscou – Nouveau-Brunswick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s